Sondage : une soirée Théâtre et Musique, ça vous dit ?

Parce que la fête de la musique c’est loin ! dans 8 mois ; Parce que la fête du théâtre c’est loin ! (Nantes – Avignon = 912km) nous souhaiterions vous proposer une soirée ASCEE associant ce combo gagnant courant du mois de mars. Si l’idée nous motive grandement à faire quelque chose en cette période, nous voudrions être -dans une certaine mesure- confortés qu’elle vous intéresse également. C’est pourquoi, avant d’aller plus loin, nous vous soumettons une enquête (3 questions en fait…) afin d’estimer le nombre de personnes intéressées. En fonction des retours…, on y va !!!… ou pas ! Merci de votre participation ! Nous vous tiendrons informés des résultats. Plus d’informations ou précisions : contacter Laurence Daoudal ou Gilles Aboucaya

Retour sur un Brévin animé

C’est fait ! Avec près de 3h de musique et presque 30 musiques au compteur, la soirée qui s’est déroulée en 2 temps a été pour tous les acteurs de l’activité musique mémorable ! Entre chorégraphie improvisée, improvisation de morceaux, respect du code couleur, réglages sonores en direct live, l’instant valait la peine d’être vécu. Un scène immense pour notre petit matériel poussé dans ses derniers retranchements, une batterie et piano bénéficiant d’une scène individualisée, franchement, l’ensemble avait de l’allure. Je vous laisse savourer les photos prises au cours du repas/concert. Merci à tous les acteurs qui ont rendu possible la tenue d’un tel évènement grâce à leur inébranlable motivation !!! see you next year

Blind Test n°2 – Jeudi 2 Octobre 2014

Après une première session auréolée de succès, les Ingourious Baskets (Frédéric Gautier et Marianne Delsaut) remettent leur titre en jeu ! C’est donc leur propre son qui sera désormais soumis à votre connaissance musicale autour de 4 thématiques surprises. L’évènement aura lieu au local musique le jeudi 2 octobre à 12h00 jusqu’à 13h30. Les inscriptions se font via commentaire ci-dessous par équipe de 2 et ce jusqu’au mercredi 1er octobre. Ne trainez pas ! [notice] LE GAIN  : 4 PLACES DE CINÉMA POUR L’ÉQUIPE GAGNANTE [/notice]   + l’obligation d’organiser le blind test 3ème du nom 😉   [màj 02/10/14] Les résultats détaillés ! Bravo aux LOL Cats qui terminent premiers avec 95 points ! Toutes les réponses du Blind Test Inglourious Baskets Accès aux mp3 : (serveur ASCEE):\Accès libre adhérents\Musique\_PARTAGE\Blind test

WARNING : Concert ASCEE le 18/09 à St Brévin !!!

Comme ne le dit pas le dicton,  »en septembre, joue très fort pour que ça tremble » L’ASCEE Cete ouest l’entend bien de ce qui lui reste de son oreille et remet le couvert après que les musiciens de l’activité musique aient cravaché tout l’été pour réviser, ajuster et programmer des nouveaux morceaux. Tout d’abord l’affiche :                     merci à son concepteur – son pseudo :  StéLeDu qui souhaite conserver l’anonymat   Au cours de cette soirée, 2 concerts seront donnés : de 16h15 à 17h puis de 19h à 21h en présence des Nuloors, des Switch off (on leaving) et des tentaculaires NKM’s. En résumé, du son du son du son ! Venez nombreux et sans vos sonotones…

Guitares saturées et nuages de poussière pour un Hellfest monumental

A la différence d’éditions 2012 et 2013 à la météo relativement fraîche et humide, cette année le Hellfest s’est déroulé sous un soleil de plomb. Ajoutez à cela une fréquentation record (festival complet dès février, les 150000 pass ayant été vendus en 2 mois) et une affiche monumentale, et vous obtenez un festival bouillant, qui s’affirme définitivement un des plus importants festival de musique en France et en Europe. Comme en 2013, l’ASCEE proposait un coup de pouce financier et une aide à l’organisation groupée, pour permettre aux adhérents de découvrir ou redécouvrir le Hellfest. Comme promis, voici quelques retours par certains des adhérents qui se sont aventurés ce week-end dans les terres clissonnaises – temporairement rebaptisées Hell City. L’ASCEE vous donne rendez-vous en 2015 pour une édition qui s’annonce titanesque – ce sera le 10ème anniversaire du festival ! Fred Baptême du Feu – ça va sans dire ! Pour une première : chaude ambiance et le côté Mad Max n’était pas pour me déplaire (Chaleur, poussière, public digne des personnages du film) C’est vrai que le spectacle est sur scène, mais il serait dommage de négliger le spectacle en bas de la scène. Arrivé tôt dans l’après-midi, ça commence bien avec Lez Zeppelin (un groupe féminin dont les membres ne ressemblent pas vraiment à des communiantes – tant pis pour Christine B. et tant mieux pour nous). ça envoie : belle présence sur scène, bon son rock digne des versions originales à vous rendre Dazed and Confused. La guitariste se saisit d’un archet qui vient caresser la six cordes et exprimer des sonorités toutes aussi évocatrices que son mouvement alternatif d’archet glissant des cordes vers le sanctuaire des sanctuaires. Hmmmm! Les oreilles remplies et conquises, il faut maintenant satisfaire panse et gosier! On alpague un désoiffeur. Un quoi? Un désoiffeur, un type équipé d’un gros réservoir jaune sur le dos, qui, contre deux jetons et demi achetés à la Hellbank, te remplie ton gobelet d’un breuvage frais qui mousse. Là il faut le reconnaître, pour trouver de la bonne bouffe c’est un peu l’enfer! Comme quoi il n’y a pas tromperie sur la marchandise puisque c’était marqué à l’entrée. Les décibels ne semblent pas souffrir de la chaleur, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Certes, il y a ce petit bois sympathique, mais il est déjà bien difficile d’y poser son séant tant les vikings et autres espèces en tout genre ont déjà envahi le Royaume du Muscadet et sa bucolique petite forêt. Il y a de l’ombre dans la Valley… idéal pour une sieste? pas vraiment les balances du groupe à suivre commencent et font trembler le sol. Malgré les bouchons d’oreilles, ça semble un peu fort. Mais quand on veut, on peut non? Et bien oui! Sur le site, l’affluence est de plus en plus présente. Allez, séance shopping au Cornershop : accessoires en tout genre, vêtements, ceintures, chaussures, dents de vampire sur mesure… Les soldes c’est bientôt.. je vais attendre. Retour devant les Mainstages : Bouchons d’oreilles obligatoires ! Quelques groupes inconnus et puis voici Extreme qui fait son show avant d’interrompre son Rock Funk vitaminé pour asséner ses deux tubes des années 80 : More than Words et Whole Hearted. Le public est le cul par terre! Certains sont en effet assis mais c’était une image. Status Quo prend le relais, j’en profite pour prendre de la hauteur et assister au concert du haut de la grande roue. On y respire un peu moins de poussière, même si de temps à autres, quelques effluves émanant de cabines nous chatouillent les narines de façon indélicate. En bas, ça fourmille dans tous les sens : le bar, les scénes, les toilettes, la restauration, les shops… le tout sous les rayons de soleil qui transpercent la poussière. Retour sur le plancher des vaches pour SoulFly : Roots! ça envoie et c’est bon. Deep Purple?! Et bien, grosse déception! c’est plutôt le Deep Blue. Ian Gillan le chanteur s’égosille tant bien que mal pour monter dans les aigus, mais rien n’y fait.. Il est sur scène autant que dans les loges profitant des interminables solos de synthé et de guitare. Sur le plan musical, ça assure, mais il ne se passe rien. Il y a bien quelques inconditionnels dans le public qui s’extasient, mais ça me laisse perplexe. Heureusement, derrière se prépare le show à l’américaine. Débarquent en effet les toxic twins Steven Tyler, déguisé en pirate des Caraïbes et Joe Perry pantalon à paillettes… et quoi de mieux pour commencer leur show que l’énergique « Back in the Saddle Again »! Ils enchainent. Steven Tyler joue avec les caméras qui diffusent son visage sur écran géant. Il vient à la rencontre du public pour le faire chanter. Il emprunte également un téléphone à une fille qui le filmait pour le faire à sa place et au bout de quelques secondes le balance. Malgré quelques ballades (I dont wanna miss a thing) un peu mièvres à mon goût, Walk this Way, Dude et Mama Kin explosent. Et pour clore le tout, Dream On nous invite à rêver après Come Together. Allez on oublie les paris sur le champions du monde de foot 2014, on se concentre sur les paris d’une programmation Hellfest 2015 annoncée meilleure encore. Alors? Metallica, AC/DC… Gilles : La meilleure année pour moi sans contestation possible, grosse ambiance, grosse concentration de personnes – estimation perso : 60 000 -, grosse chaleur, grosse poussière et bien sur gros son. Deux prestations m’ont particulièrement impressionnées : un groupe marseillais qui a du trop regarder starwars, prénommé DAGOBA. Charisme du chanteur qui a su transcender la foule et provoquer le plus gros braveheart que j’ai jamais vu. Pour les amateurs ou les curieux, voici une sélection visible sur le site d’arte : http://concert.arte.tv/fr/dagoba-au-hellfest (regardez  à 14:25 jusqu’à 16:00 ; pûis 36:00 jusqu’a 37:50 ; et enfin de 45: à 45:50). Ensuite le groupe Status Quo qui avec sa grosse ligne de basse bien rock a assuré le show durant son heure de représentation. Bon feeling et que du bonheur. Le festoch était particulièrement soigné cette année avec une reconstitution de ville style  »camden », des attentes réduites au minimum malgré la foule (toilettes, restauration) et des échanges avec des fans toujours agréables. Bref, que du beau, du bon et une réelle envie d’y remettre les pieds… dans la poussière 😉 Sandy : C’était chouette encore cette année :  Hellfest poussiéreux mais heureux ! Quelques liens pour saisir l’ambiance : les concerts enregistrés par Arte Live Web (dispos en ligne au moins 6 mois après le festival) ; les photos officielles du Hellfest ; les reportages visuels publiés sur lemonde.fr : partie 1 / partie 2 / partie 3 Bernard : La vision que j’avais du hellfest remontait à sa création en 2006 où j’étais présent. Maintenant c’est du lourd ; ça cogne les tympans avec douceur !!! Et avec la chaleur de 2014, ça colle le tee-shirt aussi ! Ambiance d’enfer ! Samedi, Je me suis vidé la tête. Un oscar pour Status Quo que je connaissais (c’est normal quand on est né presque en même temps ) mais jamais vu sur scène. Il ont assuré… et mis une brise légère de boogies parmi cet univers de riffs plombés. Parmi les « jeunes », DAGOBA :… pour ceux qui veulent faire du rugby, au poste de 1er ou 2ieme ligne et apprendre à pousser! je recommande. Mais ce n’est pas grave!, avec Dagoba, on sympathise vite avec son voisin. Un p’tit clin d’oeil sur les costumes de tout ce beau monde: pittoresques et aguicheurs; surtout chez la gente féminine ( vinyl, cuirs chaînes ) très décolletée. On se rince facilement les yeux, ça vous requinque et vous nourrit en même temps. Le tout arrosé de plusieurs bières. A l’année prochaine à l’équipe de l’ASCEE CETEO ! Patrick : Une première pour moi aussi. J’ai adoré l’ambiance à base du mélange improbable entre gros son et public calme qui déambule dans les différents espaces entre les concerts. Un peu comme une société parallèle où tous les repères explosent : le dictat des tenues guindées et de l’esthétisme à tout craint est bien loin (« venez comme vous êtes … en pire »), l’agressivité montante dans notre monde habituel est comme inversée dans ce petit monde parallèle, laissant place à l’entraide et aux les regards sans jugement entre gros bisounours (la cinquantaine version roots, barbiche, tatouages). Une brèche dans tes tympans ? pas uniquement : une brèche dans le temps ! tout s’arrête, tout est focalisé sur le gout commun pour l’overdrive. Même l’espace VIP est déglingue (j’ai eu cette chance d’y accéder), un casque militaire géant avec un hélico planté dedans en guise d’abri, un espace désert-apocalyptique que même les engins de mad-max auraient contourné dans leurs épopées furieuses, mais avec un bar improbable posé au centre. Une communion qui mérite confirmation ! Tout le monde tourné comme un seul homme vers les prêcheurs des grandes scènes, certains hoches la têtes répétitivement, en guise d’approbation, d’exaltation ou de transe peut-être ? « non ils sont bourrés, voilà tout » diraient les mauvaises langues qui auraient oublié de franchir la porte spacio-metallo-temporelle. La noirceur des tenues participent à marquer ce territoire de sa culture commune, entre simple décalage, complet déglingage, auto-dérision bien souvent, et promotions de la mode du « pas fini de m’habiller » (« vous n’auriez pas oublié le haut ? », « ah oui, merci, et vous le bas ! »). Un vrai délire, c’est sûr, l’an prochain, j’y retourne ! (et encore je me suis retenu de parler de musique, ma passion, vous l’aurez noté !) Stéfan : Grosse claque en arrivant le samedi midi, à la découverte des nouveaux décors du festival (reconstitution d’une rue, nouvelles sculptures géantes, grande roue…). Puis gros coup de flip en voyant le monde agglutiné demain la mainstage 1, habituellement encore largement accessible à cette heure quasi matinale. Le Hellfest a battu cette année ses records d’affluence et ça se voit. Pourtant, malgré le monde, l’organisation reste au top (et même meilleure qu’en 2013 en particulier pour les toilettes). Niveau musique, des découvertes électrisantes (Misconduct et son pop-punk écolo à la suédoise), étonnantes (Witch Mountain et son doom metal quasi reposant – surtout après le show survolté de Misconduct), saturantes (Tsjuder, son look à la Detroit Metal City et ses basses qui font vibrer le sol comme si un convoi de train infini passait dans le coin), réjouissantes (Buckcherry et son hard rock sleasy 80s à la Guns n’Roses, sans Slash mais avec un indien à la place). Status Quo, en chemises et pantalons de papys, a pris tout le monde par surprise avec son mélange boogie + hard rock qui mine de rien à fait bouger les milliers de festivaliers présents. Aerosmith, même si moins fun que KISS l’année dernière (pas de tyrolienne au dessus du public), a assuré le show (malgré le chapeau de grand-mère cuir de Steven Tyler sur la première chanson).  Deux groupes qui prouvent à nouveau que le Hellfest, c’est aussi des groupes totalement écoutables par le commun des mortels, loin des déferlements de double grosse caisse et des chants gutturaux. Bien sûr, le spectacle était comme d’hab aussi dans le public, avec les festivaliers déguisés toujours ravis de poser pour les photographes (chirurgien, barbares, mariés, bouteille de bière, monstres divers, Duffman, schtroumpfs, etc.). Du cosplay, en plus rock et plus trash. PS : mes autres photos sont ici.   Galerie photo, la compil ! Photos par Stéfan, Fred, Sandy, Gilles, Patrick  

Fête de la Musique 2014 : retour en images

Vendredi dernier l’ASCEE proposait dans le cadre de la fête de la musique 2h de son non stop. Que vous l’ayez raté ou pour vous rappeler ces bons moments, petit retour en images sur cet évènement qui fait vibrer depuis maintenant 3 années les murs de la salle A ! C’était une organisation milli-minumétrique qui avait été programmée entre 11h45 et 13h45 et l’enjeu était de taille, voyez un peu : faire passer 4 groupes et 25 chansons ! Le défi a été relevé par l’ensemble des musiciens puisque la quasi totalité des morceaux ont été interprétés dans le temps imparti. Par ailleurs, le public a comme chaque année répondu présent et ce jusqu’au bout du bout de la dernière chanson interprétée. Un grand merci donc à l’ensemble des musiciens pour leur investissement et au public pour être venu en nombre. Nulloors Les Nulloors ont ouvert la session dès 11h45 avec 2 titres : Seven Nation Army (White Stripes) Every You every me (Placebo) Chant : Odile ; Guitares : Roxane & Cécilia ; Basse : Stéfan ; Batterie : Muriel Noname MiSiWa ayant comme à son habitude décommandé à la dernière minute pour cause de plus gros cachet au Hellfest, ce sont les Noname qui ont ensuite enchainé près d’1/2h de jazz avec les morceaux suivants : Stolen Moments Wave Ces petits riens I don’t mean a thing Chant : Valérie ; Saxo : Serge ; Guitare : Bruno ; Batterie : Anthony ; Flute : Juliette ; Basse : Jouliane ; Clarinette : Damien : Piano : Arnaud The NKMs Un battle NKMs s’est ensuite engagée avec tout d’abord les NKMinem qui ont interprété : Les étoiles filantes (CowBoy Fringuants) A ma place (Zazie et Bauer) Mr Jones (Couting Crows) Too Many Friends (Placebo) College Boy (Indochine) Under the Bridge (RHCP) Up in Flames (Coldplay), qui a pu être interprétée en toute fin de concert à 13h40, les NKMs Pokora et Switch Off (Leaving) ayant été particulièrement performants coté timing. Stefan : batterie, basse ; Dominique : chant ; Simon : basse, guitare, chant ; Patrick : guitare, basse ; Frédéric : basse ; Thierry : chant ; Isabelle : chant, batterie, piano ; Céline : chant ; Eric : batterie (pou toum pa) ; Catherine : chant ; Matthieu : guitare, accordéon ; Roxane : chant, guitare ; Géraldine : chant, piano ; Cécilia : piano ; Gilles : batterie Les NKMs Pokora sont entrés dans la danse en proposant d’entrée un Hell of a Season (Black Keys) du tonnerre, suivi de Enjoy the silence (Depeche Mode) ; Sirens call  (Cats on Tree) ; A l’ombre (Mlle K) ; Personal Jesus (Depeche Mode, version Shaka Ponk) ; Come back to me (Hollysiz) pour finir en apothéose sur une reprise de Gainsbourg, Bonnie & Clyde à réveiller les morts (et réchauffer les cuisses…) La fine équipe des NKMs Pokora : Isabelle : chant ; Muriel : piano/synthé ; Gilles : batterie, chant ; Yann : guitare, chant ; Fred : basse, chant, guitare (en même temps) ; Christine : chant ; Dom : guitare ; Stefan : batterie, basse ; Catherine : chant ; Christophe : basse ; Roxane ; chant, guitare et Cécilia : Synthé Switch Off (Leaving) Le final du show a été assuré par le groupe écolo Switch Off (Leaving) dont la prestation remarquée peut être résumée par un  »they send wood » (NDLR : ils envoient du bois). 4 reprises en guise de dessert : Je ne veux pas rester sage (Dolly) Just a girl (No doubt) Last Alone (Shakaponk) I can’t remember to forget you (Shakira & Rihanna)  Le groupe est formé de : Céline et Isabelle au chant, Patrick et Dom aux guitares, Stefan à la batterie et Fred à la basse.     Merci à vous tous pour cette pause méridienne musicale qui gageons le a permis à tous de rentrer dans le week end, la tête en musique et le cœur plus léger. rdv en 2015 !!! Galerie photos  

Fête de la Musique 2014 : l’affiche dévoilée !

La fête de la musique ? c’est parti ! C’est toujours avec une attente fébrile que les fans attendent la publication de l’affiche de la Fête2laMusique.  C’est chose faite et cette année le programme est à la hauteur de ses ambitions ! En quelques chiffres : 2h de concert, près de 30 musiques, 5 groupes dont les les nuloors et Switch off (leaving) qui feront leur première apparition et près de 40 musiciens/chanteurs-euses ! Les premières notes retentiront dès 11h45, prévoyez un sandwich ou un gros petit déjeuner ! ça se passera le vendredi 20 juin en salle A à l’entrée de la MAN et comme l’an passé on vous attend nombreuses z’et nombreux ! Télécharger l’affiche pour la coller sauvagement partout  

Blind-test : venez tester votre culture musicale en équipes !

Tu es capable de reconnaître n’importe quelle chanson dès que ses premières notes retentissent ? Viens le prouver lors du blind-test musical organisé par l’ASCEE, le mardi 1er juillet de 12h15 à 13h45 au local musique. Objectif : identifier le titre ou l’interprète de 100+1 morceaux (si on a le temps…) Déroulement du concours :  Jeu en équipes de 2 (réservez vite votre partenaire avant qu’il ne tombe entre les mains de l’adversaire !) [important]Afin de faciliter la constitution des équipes, un tableau d’inscription est mis à votre disposition ICI pour savoir qui est en attente de partenaire et quelles personnes sont déjà prises[/important]   Extraits de 15 à 30 secondes, dans différents styles musicaux Chaque équipe fournit une réponse pour les 100+1 titres (grille de réponse) A gagner pour la meilleure équipe : des places de cinéma choix (totalement libre !) d’une chanson à interpréter par les NKMs lors d’un prochain concert Pré-inscription (obligatoire) avant le 27/06 par un commentaire ci-dessous en précisant le duo [warning]maj 02/07/14 :LES RÉSULTATS SONT ACCESSIBLES ICI[/warning] Mp3 disponibles sur serveur ascee Sandwichs autorisés lors du jeu concours / Application Shazam interdite par contre. Renseignements : Gilles Aboucaya

Retour sur une première…

Siroter son café tout en écoutant la musique ? L’essai a été transformé le vendredi 25 avril avec un concert quasi  »unplegged » au café du RIA à la MAN. Félicitations aux musiciens et chanteuses qui ont permis de mener à bien ce projet ! Quelques photos prises de l’évènement. On en redemande !          

Concert des No Name : les photos

 A l’issue d’un concert de près d’1h, le son Jazz a raisonné à la MAN avec les No Name ! Un grand merci et bravo à tous les musiciens pour ce moment en musique, au plaisir de vous retrouver. Les morceaux qui ont été interprétés sont les suivants :  WAVE (bossa de Jobim) Mr SANDMAN (Pat Balard, repris à quatre voix, musique de pub de Auchan) CES PETITS RIENS  (Gainsbourg) IT DON’T MEAN A THING (Duke Ellington) SOLAR (Miles Davis) DOXY (Sonny Rollins)   LES PHOTOS !